Le dicton du jour :

« È meyu ün œvu ancœi che üna galina demàn. »

C’est mieux un œuf aujourd’hui qu’une poule demain (il vaut mieux tenir que courir)

Evénement

-

Monaco à travers les Siècles

Un brin d’histoire sur le pays

U Gatu a Belura e u Lapinotu

U Gatu a Belura e u Lapinotu

Dona Bèlura üna matin
Mess’ i ciarafi ünt’ ün cufin
Và ficà u so fagotu
Ün casa d’ün lapinotu.

Tütu lisciu era andau
Essendu foera u lapin
Per nastüsà u rumanin
D’a gianca rusada bagnau.

Avendu ben currüu, brutau e nastüsau
U nostru lapinotu a casa è returnau.
Dona Bèlura, u nasu ünsci’ a fenestra
Nüfiava cun pieijè parfumi de ginestra
Arriva u lapin, e sbalurdiu, te vëde
Chëla pocu de bon che padruna se crëde !
- « Oh ! Santu Celu, çeche te vedu aiçì ?
Dije u lapinotu messu fœra cuscì
Eh ! Vui ! Madama a Bèlura
Leveve d’u mitan
Se nun vurì ch’ ünte l’ura
Vagh’a çercà ün can. »

A dama d’u nasu punciüu ghe respunde
- « Chëstu trau è de qü per primu se ghe scunde
E vurëssa savè se gh’è da litigà
D’ün trau che per ientrà tüti devun rampà,
E se fussa ün palaçi
Vurerëssa cunusce a lege che u dà
A l’ün o l’autru stassi
Ciütostu ch’a Giuanin o min che ghe sun già ! »
- «  A lege e l’üsança, respunde u capucin
An fau d’achëlu alogiu, ben che sice picin
A me’ eredità, e despœi ne sun mestre
E se nun Te ne vai, Te getu d’a fenestra ! »

-« Va ben, dije Bèlura nun vœyu litigà
Çercamu se qarcun espertu a giüdicà
Sò d’ün gatu sapiente
Unestu e cumpetente
D’acordi ne meterà
Sença ne fà pagà !
Chëlu sapiente Gatu
Era bon magistratu
Tütu vestiu de russu
Ma d’aspetu ben duçu.
U lapinotu per giüge u gradisce
E tüti dui se ne van
Davanti u giüge suvran
- Certi che cuscì a garruya finisce -
Per ghe chœntà, ciacün a so’ manera
A so’ bona ragiun per se tegne a terra.

U giüge, aletau d’a çena che prevëde
Dije ai garruyui «  Apruceve d’a sede
Sun ün pocu balurdu en un ve sentu ben !»
Bèlura e Lapin che nun temevun ren
S’avijinun d’u gatu
Che tratenend’u fiatu
Aspeta cun pasciença
E prun benevurença !
Qandu te vëde i dui a purtada de man
Mandandu i arpiui, scundui sut’ a so’ man
Te ciapa l’ün e l’autru, e sença esitaçiun
Se ne fà u so pastu, cun gran sudisfaçiun.

Achësta fora a nui dev’ünsegnà
Ch’è meyu s’acurdà, sença mai litigà !

Luì Principale
(Graphie de l’auteur)

Le Chat, la Belette et le Petit Lapin

Du palais d’un jeune lapin
Dame Belette, un beau matin
S’empara : c’est une rusée.
Le maître étant absent, ce lui fut chose aisée.
Elle porta chez lui ses pénates un jour
Qu’il était allé faire à l’Aurore sa cour
Parmi le thym et la rosée.
Après qu’il eut brouté, trotté, fait tous ses tours,
Jeannot Lapin retourne aux souterrains séjours.
La belette avait mis le nez à la fenêtre.
«  O Dieux hospitaliers ! que vois-je ici paraître ?
Dit l’animal chassé du paternel logis.
Holà ! Madame la belette,
Que l’on déloge sans trompette,
Ou je vais avertir tous les rats du pays. »
La dame au nez pointu répondit que la terre
Était au premier occupant.
C’était un beau sujet de guerre
Qu’un logis où lui-même il n’entrait qu’en rampant !
« Et quand ce serait un royaume
Je voudrais bien savoir, dit-elle, quelle loi
En a pour toujours fait l’octroi
A Jean, fils ou neveu de Pierre ou de Guillaume,
Plutôt qu’à Paul, plutôt qu’à moi. »

Jean Lapin allégua la coutume et l’usage.
«  Ce sont, dit-il, leurs lois qui m’ont de ce logis
Rendu maître et seigneur, et qui, de père en fils,
L’ont de Pierre à Simon, puis à moi Jean transmis.
Le premier occupant, est-ce une loi plus sage ?
- Or bien, sans crier davantage,
Rapportons-nous, dit-elle, à Raminagrobis. »
C’était un chat vivant comme un dévot ermite,
Un chat faisant la chattemite,
Un saint homme de chat, bien fourré, gros et gras,
Arbitre expert sur tous les cas.
Jean Lapin pour juge l’agrée.
Les voilà tous deux arrivés
Devant sa majesté fourrée.
Grippeminaud leur dit : « Mes enfants, approchez,
Approchez ; je suis sourd ; les ans en sont la cause. »
L’un et l’autre approcha, ne craignant nulle chose.
Aussitôt qu’à portée il vit les contestants,
Grippeminaud le bon apôtre,
Jetant des deux côtés la griffe en même temps,
Mit les plaideurs d’accord en croquant l’un et l’autre.

Ceci ressemble fort aux débats qu’ont parfois
Les petits souverains se rapportant aux rois.

(Jean de La Fontaine)

© Comité National des Tradtions Monégasques 2018
Siège Social - 2, rue Emile de Loth - MONACO-VILLE - 98000 MONACO Tél : +377 93 50 57 28