Le dicton du jour :

« Unde ai fau l’œri, và fà u ressansu. »

Où tu as fait l’huile, va chercher les grignons

Evénement

-

Monaco à travers les Siècles

Un brin d’histoire sur le pays

O Belu Mùnegu !

O Belu Mùnegu !

O belu Mùnegu, giardin sciuriu cin de parfümi, cin de surìgliu, a to’ natüra è tantu bela che d’a Riviera tü sì ra stela. I nostri vegli, sença marìçie, gudivu ün pàije rë toe delìçie: a to’ marina piciuna e inmensa che ghe parlava de ‘ndependença e l’œri biundu d’i aurivei e i früti d’oru d’i çitrunei e tüt’ë sciure d’i toi giardin. Sciü d’a marina i toi cunfin, o belu Mùnegu, de chili tempi nun avu fin: davi r’esempi d’u navigà … Ma versu terra nun ài giamai purtau a gherra: i toi cunfin r’üncurunavu mil’aurivei che te parlavu sempre de pàije e, cand’u ventu te ri pintava tütu d’argentu e scivurava ciancianinitu, cu’ ë soe brundìglie, ün minuitu, avivu prun, drünt’u brusìgliu, cuma ‘na vuje vegnüa da Diu : “Sice mudestu, tegne segretu ru to benstà pàiju e discretu ! ” Davu u benstà ri aurivei, ma i toi giardin de limunei davu travàgliu e pan a tüti, sempre crüverti de sciure e früti ch’ë màire-gran, ë done, ë fìglie, cüglivu leste cuma d’abìglie ün mesu ai ridi, ün mesu ai canti, ün mesu â giòia d’i chœi festanti. E gh’era l’umbra d’ë toe pinere,, d’ë carrubere e d’ë fighere e ë bele tòpie de giaussemin pe’ ë campagnate e ri festin che demuravu, mègliu ch’anchœi, ra gran famìglia d’i toi figliœi. De chili tempi, cuma ridiva ru Pavigliun, candu sciuriva ra vèglia turre ! Era sinceru drünt’a so’ giòia: mudestu e fieru de pruclamà r’ündependença senç’ ambiçiun, nin preputença ! ... Purtava fieru, sciû d’a marina, r’unur d’a bela raça latina; suvra d’a Turre nun ne scialava ch’au mistralotu che recampava sciû d’a Pruvença de riturneli d’arpe, de fifri, de tambureli, e sciaratava vivu e festante a ra brijota che da Levante alegra e lesta, purtava ‘n França, cin de memòrie e de sperança cuma ün cantu de matütina, u friscu aren d’a sœ latina. Anchœi, o Mùnegu, t’an prun scangiau: d’ë giòie pàije d’u to passau e d’ë delìçie d’i nostri vegli nun resta ren ai nostri œgli: ri aurivei te r’an brüjai, i toi cunfin r’an resserrai: adiu pinere e limunei, adiu parfümu d’i çitrunei, adiu benstà che i cuntentava ! ... Ma ru surìgliu che ri ‘nciucava è sempre u meme che ne ‘mbarlüga. A to’ marina ride e ramüga cuma d’i tempi che navigavi, Mùnegu belu, e cumandavi, e a vèglia Roca cunserva ancura tante memòrie despœi d’alura: i vegli barri e i carlevai, ë vèglie porte e ri rampai; gh’è ru Palaçi e rë soe turre che nun s’acorsu che u tempu curre; u Pavigliun che giœga au ventu è sempre chilu d’u unze-çentu e ru parfümu d’i toi giardin, o vègliu Mùnegu, r’ò a San-Martin ! ... O belu Mùnegu, giardin sciuriu cin de parfümi, cin de surìgliu, a to’ natüra è tantu bela che d’a Riviera tü sì ra stela ! Louis Notari (Graphie de l’auteur)

Ô beau Monaco

Ô beau Monaco, jardin fleuri, Plein de parfums, plein de soleil, La nature est si belle chez toi Que tu es vraiment l’étoile de la Riviera ! Nos ancêtres, sans chercher malice, Jouissait en paix de tes délices : Une mer petite et immense Qui leur parlait d’indépendance Et l’huile blonde des oliviers Les fruits d’or des orangers Et toutes les fleurs de tes jardins.

Sur la mer ton empire, Ô beau Monaco, en ce temps-là N’avait pas de limites : tu donnais l’exemple des navigations… mais du côté de la terre tu n’as jamais porté la guerre : Tes frontières étaient couronnées De milliers d’oliviers qui te parlaient Toujours de paix, et, lorsque le vent Les peignait tout d’argent Et sifflait tout doucement Avec leurs ramilles un menuet, C’était dans leur bruissement Comme une voix venue de dieu qui disait : « Sois modeste, garde secret Ton bien-être, paisible et discret ! » Les oliviers donnaient le bien-être, Mais tes jardins de citronniers Donnaient du travail et du pain à tous, Toujours couverts de fleurs et de fruits Que les grands-mères, les femmes, les fillettes Cueillaient agiles comme des abeilles, Au milieu des rires, au milieu des chants, Au milieu de la joie des cœurs en fête. Et il y avait l’ombre de tes pinèdes, Des caroubiers et des figuiers Et les belles tonnelles de jasmins Pour les parties de campagne et les festins Qui distrayaient mieux qu’aujourd’hui La grande famille de tes enfants. De ce temps-là, comme il riait Le Pavillon lorsqu’il fleurissait ta vieille tour ! Il était sincère dans sa joie : modeste et fier De proclamer son indépendance Sans ambition ni morgue ! Il portait fier, sur la mer, L’honneur de la belle race latine ; Sur la Tour il ne se sentait vivre Qu’au souffle du mistral qui recueillait Sur la Provence des refrains De harpes, de fifres et de tambourins, Et il s’égayait vif et joyeux À la petite brise qui du Levant, Joyeuse et leste, portait vers la France, Plein de souvenirs et d’espoirs, Comme un chant de matines, Le souffle frais de la sœur latine. Aujourd’hui, ô Monaco, on t’a bien changé ! Des joies paisibles de ton passé, Des délices de nos vieux, Il ne reste à nos yeux : Tes oliviers, on te les a brûlés, Tes frontières, on les a resserrées : Adieu, pinèdes et citronniers, Adieu, parfum des orangers, Adieu, bien-être qui satisfaisait nos vieux !... Mais le soleil qui les enivrait Est toujours le même qui nous éblouit. Ta mer rit et gronde Comme du temps que tu naviguais, Ô beau Monaco, et que tu étais ton maître ; Et le vieux Rocher conserve encore Tous les souvenirs du temps d’alors : Les vieux murs et les figuiers de Barbarie, Les vieilles portes et les remparts ; Il y a le Palais et ses tours Qui ne s’aperçoivent pas que le temps passe ; Le Drapeau qui joue au vent Est toujours le même qu’en onze cent Et le parfum de tes jardins, Ô vieux Monaco, je l’ai à Saint-Martin ! … Ô beau Monaco, jardin fleuri, Plein de parfums, plein de soleil, La nature est si belle chez toi, Que tu es vraiment l’étoile de la Riviera ! (Traduction de littérale)
© Comité National des Tradtions Monégasques 2018
Siège Social - 2, rue Emile de Loth - MONACO-VILLE - 98000 MONACO Tél : +377 93 50 57 28