Le dicton du jour :

« Mancança de cavali, i asi trotun. »

Faute de chevaux les ânes trottent (faute de grives on mange des merles)

Evénement

-

Monaco à travers les Siècles

Un brin d’histoire sur le pays

U cantu a u stocafi

 

U cantu a’u stocafi

O vui cumpagni d’abundança Permeti che dop’a pitança Ve cœntu a storia ün pocu lesta Du stocafi ch’a fau sta festa. Forsci ciü d’ün penseri Che d’eico ghe ben pocu a di Che e r’u piatu da miseria E ch’e n’a cosa pocu seria. Du venardi e pastu magru Cun de scurline, eri a vinagru Ün pisciu secu fint’a cua Menu caru ch’ üna anciua. Da dona, che se fau magri Se dije d’ela ch’e ün stocafi. I matalo de r’a Nurvegia, Che ne avevun ciü envegia Ne l’an purtau per ne r’u vende, per pocu e prun che poscie rende. E cusci e vegniüu fint’a nui Sença busin, sença pastrui, Cuma ‘na cosa scaij’ üntusa, Üna veya gata pelusa. « Poveru meschin de stocafi Dijeva a me tanta Fifi » Ma tüt’eilo a ben scangiau Nüsciün nun te manda ciü au diau O STOCAFI ! O STOCAFI ! Aura se berlecun i di, E gente che t’an fau cunfiença Senç’ ave n’a grande sapiença. Qand’ ent’ a cunca de terraia Tüta lüstra e vernijaia Migioti ente l’eri d’auriva Ciancianin sciü a sciama viva Drent’ u perfümu da çevula, Ch’an fau rusti d’abor sula, du püve d’ase, du rusmarin, Stocafi nun si ciü meschin Si üna lüje, ün piatu d’oru Per i berlechi ün vrai tesoru. U to despreiju era ‘na cuia Nui te cantamu l’aleluia, Cusci nun o ciü ren da di Perduna me o stocafi. Robert Boisson (Graphie de l’auteur)

Hymne au Stockfish

A ce repas bons compagnons permettez que j’ajoute la joie par l’histoire mise en chanson du stockfish qui fut le roi. Plus d’un peut-être pensera qu’ il y a peu à dire de celui-là que c’est un plat de miséreux une chose sans sérieux. Du vendredi il est plat maigre avec picride huile et vinaigre Jusqu’ à la queue sec comme bois de moindre prix que les anchois. D’une femme maigre on dit qu’elle est un stocafi. De Norvège les matelots lassés de cet animal nous en portèrent des ballots quitte à les vendre bien ou mal. Chose presque honteuse ainsi qu’une vieille chatte galeuse il est venu jusqu’à nous sans bruit et sans remous. Malheureux stockfish de marine ! disait ma tante Fifine ; Mais tout est bien changé ; Personne ne te fait plus la niche, Oh stockfish, oh stockfish ! Ceux qui sans grande science sans savoir te faisaient confiance aujourd’hui de toi font bombance Dans le poêlon de terre vernissée où l’oignon seul d’abord s’est doré, quand tu mijotes à l’huile d’olive doucement sur la flamme vive parfumé de romarin et de sarriette, Stockfish ! tu n’es plus la pauvre bête ! Tu es une lumière, un plat d’or, pour les babines un vrai trésor. Nous te chantons l’alléluia. Une fois l’alléluia chanté que puis-je donc ajouter ? oh stockfish, mon préféré.

(Traduit, mis en rimailles et cela vaille que vaille par Jean et Danièle Lorenzi)
© Comité National des Tradtions Monégasques 2018
Siège Social - 2, rue Emile de Loth - MONACO-VILLE - 98000 MONACO Tél : +377 93 50 57 28