Le dicton du jour :

« Se Nostru Signù te serra üna fenestra, te drœve üna porta »

Si Notre-Seigneur te ferme une fenêtre, il t’ouvre une porte

Evénement

-

Monaco à travers les Siècles

Un brin d’histoire sur le pays

Tanta gente dije…

Tanta gente dije…

Tanta gente dije : Gh’era üna vota Fussa cuma per dì : Nun sun che de stòrie… Pensè çe che vurì, sapiente genòrie, Nui, d’ë cose veye, gh’amu a babarota. È veru ch’ünseme nun sëmu pa gàire Ma fò iesse miliui per fà üna naçiùn… ? Nun ghe fò che força e tambèn devuçiùn Ch’amu reçevüu de pàire e màire. Cüntànduse ben, sëmu qatru gati Ma che de mantegne, amu vuruntà E tantu ch’u schœyu sulide dürerà Sarvamu i pensiei d’i avi cun i fati. Sëmu de Mùnegu, fò che tüti sàciun Ch’amu testa düra cum’ a nostra Roca : L’àrima d’u passau ünt’ achësta epoca Vurëmu cunservà cun prun d’ustinaçiùn. E, gente d’i Murìn a ë parole larghe O gente de lasciû a u parlà ciû strentu A lenga materna, cuntra ma e ventu, A defenderëmu cun a vuje d’u sanghe. Diu faghe, amighi e vijìn, Che ünt’ u mundu de demàn, U nostru veyu parlà rumàn Faghe ciû largu ru so camìn, E fussa òrganu o tavìn Per cantà giòia o tristessa Ausëmu gardà ra belessa D’ u nostru parlà tugiù divìn… Georges Franzi (Graphie de l’auteur)

Bien des gens disent…

Bien des gens disent : Il était une fois Comme pour dire : ce ne sont que des histoires… Pensez ce que vous voulez, savantes lignées, Nous, des choses du passé, nous avons la marotte.

Il est vrai que, même tous ensemble, nous sommes peu nombreux Mais, faut-il être des millions pour faire une nation ? Il ne faut que force et aussi dévotion Que nous avons reçues de nos pères et nos mères. En nous comptant bien, nous sommes quatre « chats » Mais qui, de maintenir [le passé], avons la volonté Et tant que le rocher, solide, durera Sauvons les idées de nos aïeux par nos actes. Nous sommes de Monaco, il faut que tous sachent, Que nous avons la tête dure comme notre Rocher : L’âme du passé, même à notre époque, Nous voulons la conserver avec beaucoup d’obstination. Et, gens « des Moulins », au parler lâche, Ou bien gens de là-haut [du Rocher], au parler plus serré, La langue maternelle, contre mers et vents, Nous la défendrons avec la voix du sang. Dieu fasse, amis et voisins, Que dans le monde de demain, Notre vieux parler roman Trace plus large son sillon, Et qu’il soit orgue ou petite flûte Pour chanter la joie ou la tristesse Osons garder la beauté De notre parler toujours divin. (Traduction de littérale)
© Comité National des Tradtions Monégasques 2018
Siège Social - 2, rue Emile de Loth - MONACO-VILLE - 98000 MONACO Tél : +377 93 50 57 28