Le dicton du jour :

« Nun fà-te brüjà i œyi cun ë çevule d’i àutri »

Ne te fais pas brûler les yeux avec les oignons des autres (occupe-toi de tes oignons)

Evénement

20 mai 2019 - San Bernardìn

Lünesdì, u vinti de màgiu d'u 2019

S'il pleut à la St Bernardin, tu peux dire adieu à ton vin

Monaco à travers les Siècles

Un brin d’histoire sur le pays

Patriae meae

I

Terra sacra d’i mei avi!
Qand’au mundu cumençavi
A to’storia gluriusa
T’o aimau cuma üna spusa;
O bela terra nativa
Lonzi, lonzi d’a to’ riva
I marrugi m’an stirassau
E sença maire me sun truvau.

II

Cum’ ün naufragu che spera
U levà d’a bona stera
Min nun suspirava l’ura
Che de te revëd’ ancura.
Ma i capriçi d’u destin
M’an fau perde u to camin
E ciü ciurav’ e ciü pregavu
E ciü sulu me truvavu.

III

E püra d’autri mantegni,
Perchè piyà nun me degni ?
Vergœgna forsci te fagu ?
Alura dunde sun ….stagu.
Ma se si Maire amurusa
Per min nun statene scusa
Fame vëde ünt’ i to’ œyi
L’amu d’a maire per i fiyœi.

IV

Qanta trist’ è a sulitüdine
E ben ciü l’ingratitüdine
O Roca, fiera cuma ‘na garba
Che d’a marina sürgi,
Cum’ u suriyu a l’arba
Dopu tante tribülaçiue
Sici u me portu
Au menu da mortu.

Louis Frolla Padre
(Graphie de l’auteur)

I

Terre sacrée de mes ancêtres !
Quand face au monde tu as commencé
Ton histoire glorieuse
Je t’ai aimée comme une épouse ;
O belle terre natale
De puissantes forces
M’ont entraîné bien loin de ton rivage
Et je me suis trouvé sans mère.

II

Comme un naufragé qui espère
La naissance de la bonne étoile
Moi, j’attendais avec impatience le moment
De te revoir.
Mais les caprices de la destinée
M’ont fait perdre le chemin qui conduit vers toi
Et plus je pleurais et plus je suppliais
Plus je me trouvais seul.

III

Et pourtant tu en accueilles bien d’autres,
Pourquoi ne ceux-tu pas de moi ?
Peut-être te fais-je honte ?
Alors là où je suis… je reste.
Mais si tu es Mère des tendresses
Ne te dérobe pas à moi
Montre-moi dans ton regard
L’amour d’une mère pour ses enfants.

IV

Comme la solitude est triste
Et plus encore l’ingratitude
Oh, Rocher, fier comme une gerbe de blé
Qui surgit de la mer
Comme le soleil à l’aube
Avec toutes les épreuves que j’ai endurées
Sois mon refuge
Au moins après ma mort.

(Traduction de de René Stefanelli)

© Comité National des Tradtions Monégasques 2018
Siège Social - 2, rue Emile de Loth - MONACO-VILLE - 98000 MONACO Tél : +377 93 50 57 28