Le dicton du jour :

« È meyu ün œvu ancœi che üna galina demàn. »

C’est mieux un œuf aujourd’hui qu’une poule demain (il vaut mieux tenir que courir)

Evénement

-

Monaco à travers les Siècles

Un brin d’histoire sur le pays

Pastre che si

Pastre che si

A vuje de l’àngelu

Pastre che sì da muntagna Dreviya-te e scuta ben : Gh’è nasciüu a Betleem En mesu d’a campagna, Ün Bambin, veru Messia Da Vèrgine Maria.

Sciü Laurènçiu

Qü gh’è aiçì che me dreviya, De dunde vegne üna cansun? Au celu gh’è ‘na maraviya! O pressu nui ün fülatun? Ma se carcün gh’à ‘na fulia Vagu ghe dà d’u me bastun.

A vuje de l’àngelu

Àngelu sun, Diu me manda Per v’anunçà chëlu Bambin. È u Signù che ve demanda, A tüti grandi e picinin: D’adurà so fiyu Gesü Che cuma ëlu ghe n’è ciü.

Sciü Laurènçiu

De Diu, sun tüt’ a u serviçi, E vœyu fà so’ vuluntà. Ma sun ch’ün pastre ün verità! Cuma ientrà drent’u palaçi E da u Messia s’invità? Dè-m’ ün cunsiyu, per buntà.

A vuje de l’àngelu

U so palaçi è üna barma, Nun à cüverte e bunetun, Nun à surdati e manc’ ün’armà À ün gran bœ per cumpagnun. Per gh’arrivà se seghe a stela Ch’è a ciü ciàira e a ciü bela. Robert Boisson (Graphie de l’auteur) Mûsica de Marc César Scotto Armunia d’u Canònicu Henri Carol

Pâtre qui dors...

La voix de l’ange

Pâtre qui dort sur la montagne Réveille –toi écoute bien Il est né à Bethléem Au milieu de la campagne Un enfant le vrai Messie De la Vierge Marie.

Laurençiu

Qui est là ? Qui me réveille ? Je crois entendre dans la maison Un esprit, une chanson Je vois au ciel des merveilles Mais si quelqu’un est pris de folie Je vais lui donner de mon bâton.

La voix de l’ange

Je suis l’ange de Dieu le Père Je vous annonce cet enfant A vous tous petits et grands Il demande un cœur sincère Pour adorer son Fils Jésus Car comme lui il n’y en a aura plus.

Laurençiu

J’aime Dieu, suis à son service Et je ferai sa volonté Mais pour entrer dans son palais Comment pourrai-je faire Sans avoir été invité ? Conseille-moi par charité.

La voix de l’ange

Son palais est une grotte Il n’a couverte ni bonnet Sans soldat et sans mousquet Un bœuf ami le réchauffe Pour aller jusqu’auprès de lui Suivez l’étoile au ciel qui luit. (Traduction de l’auteur) Musique de Marc César Scotto Harmonie du Chanoine Henri Carol
© Comité National des Tradtions Monégasques 2018
Siège Social - 2, rue Emile de Loth - MONACO-VILLE - 98000 MONACO Tél : +377 93 50 57 28