Le dicton du jour :

« Çe che sun de vasceli â sëra sun de bëte u lündemàn »

Le soir ce sont des vaisseaux, le lendemain des (petites) barques à fond plat

Evénement

-

Monaco à travers les Siècles

Un brin d’histoire sur le pays

Ë màire-gran

Ë màire-gran

Cuma me pieiji, màire-gran De ri poveri paisan O d’i richi, ün giurnu de festa Caviyi gianchi ün testa Ben cunsai, scaiji cuma se Avëssi per furtüna Truvau ün raiu che a lüna A lasciau pressu ün aurivè. Cuma me pieiji, màire-gran Candu ve gardu a vostra man Ah ! Chële mae brüne, lüjente De travayà sempre cuntente Che vegnu e van per netezà  Sença se repusà  Sice aieri, che anchoei, che deman : È ben preçiusa ra vostra man. Cuma me pieiji, màire-gran Candu a Natale o a San Giuan Enturnu a tora tüta a famiya A vui se strenze cun simpatia E ve demanda de rapelà  I antichi tempi e ghe parla D’u veyu cantu, d’a veya storia Che sula vui avì ün memoria. Cuma me pieiji, màire-gran Candu cantè o parlè cian Ai picënin drent’u so bressu E i bailè ghe scangiandu a fasciœra Candu de casa sortun tüti fœra E per purè r’i amüsà  Oh! Màire gran, savì tamben giügà ! Robert Boisson (Graphie de l’auteur)

Les grands-mères

Comme vous me plaisez, grands-mères Des pauvres paysans Ou des riches, un jour de fête Cheveux blancs sur la tête Bien coiffés, presque comme si Par hasard vous aviez Trouvé un rayon que la lune A laissé près d’un olivier.

Comme vous me plaisez, grands-mères, Quand je regarde votre main Ah ! Ces mains brunes, luisantes De travailler toujours contentes Qui vont et viennent pour nettoyer Sans se reposer Soit hier, comme aujourd’hui, comme demain Elle est bien précieuse votre main Comme vous me plaisez, grands-mères, Quand à Noël ou à la Saint-Jean Autour de la table toute la famille Se serre autour de vous avec sympathie Et vous demande de rappeler Les temps anciens et de lui parler Du vieux chant, de la vieille histoire Que vous seule avez en mémoire. Comme vous me plaisez, grands-mères, Quand vous chantez ou parlez doucement Aux petits dans leurs berceaux Et les bercer en changeant leurs langes. Quand de la maison ils en sortent tous Et pour pouvoir les amuser Oh ! Grands-mères, vous savez aussi jouer. (Traduction de l'auteur)
© Comité National des Tradtions Monégasques 2018
Siège Social - 2, rue Emile de Loth - MONACO-VILLE - 98000 MONACO Tél : +377 93 50 57 28