Le dicton du jour :

« Nun ve gratun mai unde ve desmàngia »

On ne vous gratte jamais où ça vous démange (On ne vous aide jamais en ce qu’il faudrait)

Evénement

20 mai 2019 - San Bernardìn

Lünesdì, u vinti de màgiu d'u 2019

S'il pleut à la St Bernardin, tu peux dire adieu à ton vin

Monaco à travers les Siècles

Un brin d’histoire sur le pays

Beli tempi d’ë campagne

Beli tempi d’ë campagne

Beli tempi d’ë campagne
Sença ünvidie ni murdagne
Tüti ün paije travayavun
Sença sou, tüti cantavun
Ün mitan d’ë crave e fee
Sai de spiritu e d’idee.

U paise era cargu d’aurivei,
Sciurivun i çitrunei e i limunei !…
Se respirava a vulunta
Ün’aria püra e parfüma.
Dapertütu, gran cuncer de fifri e chitare,
E cuma müsicante, aujeli e çigare.

Cun menu sapiença,
Cun ciü de cunsciença,
Serrai l’ün cuntra l’autru
Gudevëmu d’üncantu
D’üna natüra fa de puesia
D’ün mundu vivend’ ün bon armunia.

E nui, cun unestita
Utan che simpliçita,
Cun ‘na grande fervu
Cantavëmu l’amu !

Cüntavëmu sciü i di
I prugeti d’avegni.
Nostra dota a ciü següra
Era a nostra zuventüra !
Ün chœ teneru per aima
De boi brassi per travaya.

E pœi pensa, ch’ün gran deve ne dita,che nui,tamben,
ne fo transmëte a vita….

Ciü vagu e ciü sentu
Ch’era u belu tempu.
Era u belu tempu….

Marc Curti dit Mar
(Graphie de l’auteur)

Heureux temps des campagnes

Heureux temps des campagnes
Sans envies, ni morsures
Tous, en paix, travaillaient
Sans argent, tous, chantaient
Au milieu des chèvres et des brebis
Sains d’esprit et d’idées.

Le pays était chargé d’oliviers,
Fleurissaient, orangers et citronniers !
On respirait à volonté
Un air pur et parfumé
Partout grand concert de fifres et guitares
Et comme musiciens, oiseaux et cigales.

Avec moins de savoir,
Avec plus de conscience,
Serrés l’un contre l’autre,
Nous goûtions de l’enchantement
D’une nature faite de poésie
D’un monde vivant en bonne harmonie.

Et nous, avec honnêteté
Autant que de simplicité
Avec une grande ferveur
Nous chantions l’amour.

Nous comptions sur les doigts
Les projets d’avenir.
Notre dot la plus sûre
Était notre jeunesse !
Un cœur tendre pour aimer
De bons bras pour travailler.

Et puis, il faut penser qu’un grand devoir nous dicte,
Que nous aussi Nous devons transmettre la vie.

Plus j’avance en âge et plus je pense
Que c’était le bon temps.
C’était le bon temps…

(Traduction littérale)

© Comité National des Tradtions Monégasques 2018
Siège Social - 2, rue Emile de Loth - MONACO-VILLE - 98000 MONACO Tél : +377 93 50 57 28